Tandem: A Tale of Shadows Review

Tandem: A Tale of Shadows Review

Tandem : Un conte d’ombres est un puzzle-plateforme tout sur la lumière et les ombres. Vous incarnez deux personnages, une petite fille nommée Emma et un ours en peluche nommé Fenton qui semble exister dans les deux dimensions différentes. Ils doivent constamment travailler dans tandem pour s’aider mutuellement à progresser dans leurs propres mondes. La mécanique du jeu parvient à être unique et visuellement intéressante tout en restant assez familière pour les vétérans du puzzle.

Conformément au thème, le jeu attribue son inspiration de l’esthétique gothique à nul autre que Tim Burton. C’est immédiatement évident dans les ombres dures, et l’utilisation de poupées comme une grande partie de l’environnement semble rappeler des classiques comme Le cauchemar avant Noël.

Marchez sur les ombres que vous avez créées

Lorsque vous incarnez Emma, ​​les choses sont comme vous vous y attendiez. Vous marchez le long du sol dans un espace en trois dimensions. Cependant, lorsque vous passez à Fenton, les choses deviennent un peu folles. Existant dans le monde des ombres, Fenton et son ombre existent sur un plan bidimensionnel alors qu’il marche sur les murs, comme une ombre projetée sur eux, et utilise des ombres comme sols.

Souvent, en tant qu’Emma, ​​on vous donnera une lanterne fidèle pour vous guider, ce qui s’avère être un outil parfait pour projeter des ombres tant que vous avez des objets comme des piliers à utiliser. En contournant les obstacles, vous pouvez créer des plates-formes sur lesquelles Fenton saute pour atteindre l’objectif final. À plusieurs reprises, Fenton aura accès à des zones qu’Emma ne peut pas encore atteindre, où il pourra à son tour lui ouvrir des voies.

Tandem Un conte d'ombres

Je ne sais pas si vous y avez déjà pensé, mais il y a malheureusement un petit trou dans la mécanique du jeu (trou mécanique ? Non, c’est affreux). Emma elle-même ne projette pas une ombre substantielle sur laquelle Fenton pourrait marcher. Je comprends pourquoi elle ne le fait pas, car cela banaliserait absolument presque toutes les énigmes en tournant avec sa lanterne, mais c’est toujours un peu déçu que cela ne soit pas résolu d’une manière ou d’une autre. Je vais garder le reste de ma diatribe pour la section narrative.

Comme beaucoup de jeux de réflexion, Tandem est divisé en plusieurs chapitres, chacun ayant plusieurs niveaux. Chaque chapitre présente un nouveau mécanisme avec lequel les énigmes vont jouer. C’est une technique classique qui fonctionne toujours car les énigmes parviennent à être itératives et fraîches sans submerger les joueurs avec une salade de mécanismes.

Les énigmes dans l’ensemble, je dirais, sont suffisantes, rien d’incroyable ou de terriblement horrible à leur sujet. Mes reproches viennent du fait que souvent, lorsqu’un puzzle semble difficile, c’est généralement parce que le jeu n’est pas toujours efficace pour communiquer les éléments avec lesquels vous êtes censé interagir. Ainsi, vous aurez peut-être l’impression d’être coincé, jusqu’à ce que vous réalisiez qu’il vous manquait une pièce, alors tout semble évident. Une autre chose qui m’a plu, c’est que la plupart du temps, j’avais l’impression de tomber sur la réponse par essais et erreurs plutôt que de trouver quelque chose de complexe. Ce n’est pas un très mauvais problème, et je trouve que beaucoup de jeux de puzzle sont comme ça, mais pour moi, c’est ce qui sépare les jeux de puzzle vraiment mémorables des médiocres.

Tim Burton-esque Sans l’Esprit

Le récit et les visuels sont là où le jeu trébuche un peu, malheureusement. Rien de terrible, remarquez, juste un peu grossier.

Commençons par les visuels. Comme je l’ai dit dans l’introduction, cela fait passer l’inspiration assez efficacement. Je pense que les segments avec Fenton ont l’air plutôt bien, les visuels en noir et blanc avec des ombres enfumées donnent vraiment l’impression que nous sommes entrés dans la dimension de l’ombre, quelque part très hanté. L’animation au ralenti de Fenton est également assez bonne, et pour un personnage sans voix, il parvient à être assez expressif avec ses animations. Parfois, vous le verrez du coin de l’œil tout en résolvant des énigmes en tant qu’Emma, ​​en le voyant faire des trucs effrayants et mignons sur les murs tout seul.

Emma, ​​en revanche, n’est pas très bonne. S’éloignant du Fenton fortement stylisé, le monde «réel» d’Emma semble brut. Quand on regarde de haut en bas, ça va, mais le jeu descend souvent pour la montrer dans des cinématiques et révèle beaucoup d’angles très peu flatteurs. Elle a l’air en plastique, et pas dans le bon sens comme le faisaient les marionnettes de Tim Burton. L’animation est rigide et ses expressions faciales semblent assez étranges, ne correspondant pas vraiment au style cartoon. De plus, à la fin de chaque niveau, nous obtenons une petite pose de victoire et, pour une raison quelconque, la caméra se clipse dans sa tête à chaque fois. Bien sûr, ce n’est pas un gros problème, mais comme il s’agit d’une animation très courante, elle aurait dû être corrigée. Ce n’est qu’un de ces petits détails qui donnent l’impression que le jeu n’est pas poli.

Tandem Un conte d'ombres

L’histoire du jeu est superficielle. Si vous vous attendiez à une histoire de fantasy gothique à la Tim Burton, ce n’est pas ici que vous la trouverez. L’objectif déclaré du duo de retrouver un garçon disparu n’a aucun rapport avec leurs personnages, et le peu d’informations que vous obtenez d’Emma ne vous dit rien sur elle en tant que personne. Il manque également la clé la plus fondamentale d’une histoire captivante : des enjeux significatifs.

De plus, nous aurions pu faire du fait qu’Emma ne jette pas d’ombre substantielle une partie de l’histoire et la raison pour laquelle Fenton était attiré par elle. Peut-être que son ombre a été emportée par un fantôme effrayant, et nous devons la récupérer ou elle meurt ! Maintenant, l’histoire et le gameplay ont du sens, tout en expliquant ce petit trou de l’intrigue flagrant. Imaginez simplement l’augmentation des capacités que vous pourriez obtenir pour une étape finale lorsqu’Emma récupère son ombre, étant capable de pousser sa synergie avec Fenton au niveau supérieur. Ils pourraient utiliser leurs pouvoirs combinés pour vaincre le fantôme maléfique ! (Si les développeurs recherchent un concepteur narratif, appelez-moi (je plaisante, je ne plaisante pas)).

Dans l’ensemble, Tandem : A Tale of Shadows est un bon jeu. Il y a bien sûr quelques défauts, mais rien qui ne gâche votre expérience globale, et ce qu’il y a est solide. Je recommanderais ce jeu aux personnes qui s’intéressent aux mécanismes de puzzle clair/obscur, mais si vous envisagez de vous y lancer pour l’esthétique ou l’histoire, je le laisserais passer.

***Code d’examen PC fourni par l’éditeur***

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici